Tout comme le Medracen ou le Mausolée royal de Maurétanie, les Djeddars (ou Djeddars de Frenda), situés sur des hauteurs à l’ouest de Medroussa, dans la région de Frenda (wilaya de Tiaret), sont des monuments funéraires berbères des ve et vie siècles.

À l’époque qui s’étend de 429 à 671, c’est-à-dire du départ des Romains jusqu’à la conquête musulmane, il y avait, dans l’Ouest algérien, des roitelets à la tête de principautés. Tels seraient les rois berbères enterrés dans les Djeddars près de Medroussa et dont la capitale parait avoir été Tsinouna. Les inscriptions retrouvées dans ces sépultures ne remontent pas au-delà du vie siècle.

Cependant, le chercheur Adrien Berbrugger fait remonter la construction des Djeddar à une période ultérieure à celle des Byzantins

Gabriel Camps fera le lien entre le Madracen, le Mausolée Royal de Maurétanie dit le tombeau de la chrétienne et les Djeddars, qui seraient la « forme magnifiée » des tombeaux de pierre sèche connus dans le nord de l’Afrique depuis six mille ans. Cependant, les tumuli protohistoriques à enceinte bâtie nommés bazina ont la forme d’un cône à degré3, alors que les djeddar ont un soubassement carré et une élévation pyramidale.