Rue N’fiça, du nom de l’une des deux princesses enterrées en son cimetière, anciennement rue de l’Empereur. Cette petite nécropole située au centre de la ville arabe, comprend le tombeau du saint très vénéré des musulmans : Sidi Ahmed ben Ali.
Tout près, ont été inhumées deux filles de Hassan Pacha, dont les tombes présentent deux stèles de marbre et un cippe surmonté d’un turban.

Les inscriptions de ces stèles sont les suivantes «Voici le tombeau de feue Fatma bent Hassan Bey. Que Dieu lui pardonne ainsi qu’à tous les musulmans. Amen ! Amen !» «Voici le tombeau de celle qui est en possession de la miséricorde de Dieu N’fiça, fille de feu Hassan Pacha.

Que Dieu lui fasse miséricorde ainsi qu’à tous les musulmans.»
D’autres tombes subsistent encore là, décorées de pièces d’ardoise aux fines ciselures. De très vieux figuiers étendent leur feuillage sur ce lieu, colorant d’un étrange jour vert, ce coin d’un charme particulier.