Les ruines énigmatiques de ce petit monument occupent un tertre près d’une source, à gauche et aux trois quarts de la rente qui, à travers d’anciens cimetières, conduit à Sîdi Bou-Médiène. On peut les considérer comme une annexe de ce village. Elles remontent vraisemblablement au début du XIV siècle et l’édifice dont elles sont les restes dut faire partie d’Eubbâd es-Sefli. Ces ruines se composent d’abord de quatre arcades en briques, groupées de manière à former un quadrilatère. Une cinquième arcade s’appuyant au pilier Sud-est du quadrilatère, indique l’existence antérieure d’un second quadrilatère prolongeant à l’Est le premier; des substructions de murs dessinent encore le carré sur les trois autres faces. D’autre part, une amorce d’arcade parfaitement visible au milieu de la face Ouest du pilier Sud-ouest fait supposer qu’un troisième quadrilatère prolongeait vers l’Ouest le monument. Enfin, à l’extrémité Est de la cinquième arcade, maintenant isolée, un mur de 3 mètres part transversalement dans la direction du Sud. Un pignon presque intact le surmonte, et une porte basse le perce; l’arcade brisée de celte porte est décorée sur la face extérieure par une succession de très jolies découpures à festons et à lambrequins indiquant une bonne époque de l’art moresque; les arcades du monument, qui ont l’orientation Est-Ouest, sont brisées; celles qui ont l’orientation Sud-Nord sont en plein centre.