La mosquée Sidi Bou Maïza est dotée d’une salle de prière hypostyle comme les mosquées de Damas, de Cordoue, de Kairouan et de la mosquée al-Hasan à Rabat.
|Historique
En 1954, après un séisme, la mosquée subit d’importants travaux qui modifient le plan original et le volume initial. Après un second séisme en 1980, une étude de protection provisoire est menée et en 1996, une opération de mise en valeur (nettoyage et décrépissage des chapiteaux) est opérée par l’Agence Nationale d’Archéologie. Selon R. Bourouiba, les Idrissides, descendants du Prophète, auraient construit cette mosquée qui est la plus ancienne d’Algérie encore intacte, dans un style inspiré de la Grande Mosquée de Damas. De par ses nefs parallèles au mur de la qibla, la mosquée du Vieux Ténès s’apparente à la première mosquée de Médine que le Prophète aurait aidé à édifier de ses propres mains et dont le modèle fut repris à Damas (705-715). Cette mosquée serait donc un exemplaire maghrébin d’un type créé en Égypte (mosquée de ‘Amr à Fustat, VIIe siècle) ou en Syrie, et qu’on retrouve aussi dans le plus ancien sanctuaire de Fès (mosquée al-Qarawiyyîn, IXe siècle).