Edifié sur les ruines du Palais de l’étoile, le fort Bordj Moussa a été construit par les Espagnols, et plus précisément par Ferdinand de Navarro. (seul document retrouvé : plan de masse réalisé en 1539). Il servira de château impérial sous le règne de Charles Quint (l’Espagnol qui a régné au 16e siècle).
Le fort est un chef-d’oeuvre d’architecture, et, malgré les contraintes du temps, et des intempéries, il tient encore debout sur ses piliers. A l’époque espagnole, il se constituait de trois grandes salles ; deux salles latérales, une terrasse centrale, et deux autres petites formant les tours de contrôle. Les murs ont plus de deux mètres d’épaisseur. Le côté nord du fort en forme de «V» servant à cerner l’ennemi. En 1555, Salah Raïs Pacha, ordonnera à l’Espagnol Alfonso Di Peralta, de quitter les lieux et Béjaïa, après sa défaite face aux Turcs. Ces derniers occupèrent le fort et lui donnèrent le nom de Bordj-Moussa.

le musée occupe une grande salle au rez-de-chaussée. des tableaux ornent ses murs, et des stèles datant de l’époque romaine accueillent le visiteur. Un étalage de pierres taillées de la période néolithique, outils, bijoux de la période préhistorique s’étalent sous les bacs vitrés auprès des grattoirs, hachoirs. On retrouve aussi dans la collection, des ossements humains, et d’animaux, des perles, et des os d’autruche.

our la sculpture, le musée de Béjaïa pourrait se vanter d’avoir la fameuse NEO-BID de Camille Claudel (pièce principale du musée), qui représente une femme blessée au sein droit par une flèche. Elle est inspirée d’une légende grecque. D’autres sculptures existent aussi dans ce musée: celle de Just-Becquet (Samson et Dalila), de J. Esconla (Satire), et de S. Erica (Foehr), une copie du voilier italien qui a fait naufrage sur les côtes de Jijel, le buste de l’empereur Caracola fils de Septime sévère.

Le musée détient aussi une collection de peintures d’Emile Aubry (peintre français né à Sétif) et autres peintures anciennes et contemporaines. Malheureusement ces tableaux n’ont pu être exposés par manque d’espace. Un projet d’ailleurs est en cours pour la construction d’une soupente qui sera aménagée en galerie d’art.

Musée Bordj Moussa