Le site du “Vieil Arzew” ne fut identifié comme étant Portus Magnus qu’à partir de 1858 par Berbrugger, après la découverte d’un document épigraphique mentionnant son nom abrégé, inscription déplacée ensuite sur la promenade de Létang, à Oran.

Certes, ce nom était connu, par l’Itinéraire d’Antonin et par l’anonyme de Ravenne, et par deux allusions de Pline l’Ancien et de Pomponius Mela (Portus cui Magno cognomen est ob spatium). Mais le voyageur anglais Thomas Shaw identifiait en 1732 le site du Vieil Arzew avec Arsenaria, car l’identité de sens -le grand port- entre Portus Magnus et Mers el-Kebir l’avait frappé. Cette erreur se perpétuera quelques décennies.

La confirmation sera acquise par divers documents épigraphiques, des bornes milliaires notamment. Les recherches étaient difficiles, car les Bettioua ont leurs maisons au milieu des ruines. Un petit musée fut installé dans une maison romaine, dont les chambres et le péristyle sont pavés de mosaïques (en voie de dégradation vers 1880). Des fouilles faites à la ferme Robert, elle aussi en ruine, permirent de découvrir en 1862 deux magnifiques mosaïques17, qui seront déplacées au musée municipal d’Oran vers 1885. L’opinion de Jean Lassus, directeur des antiquités de l’Algérie sur ces mosaïques est moins enthousiaste : « Compositions, plus ambitieuse que réussies, sont traitées dans des couleurs terre-ocre, beige et gris ». Louis Demaeght notait en 1884 que les ruines servent de matériau de construction tant aux Bettioua qu’aux colons de Saint-Leu, et qu’à ce rythme, le site serait détruit en quelques années.

Les fouilles furent poursuivies au xxe siècle par Mme Vincent, qui avait acquis patiemment de ses deniers le secteur Nord-Est du site. Elle dégagea plusieurs édifices, dont certains de plan assez inhabituel.