Tipasa est situé à 70 km à l’ouest d’Alger. C’est un bien en série composé de trois sites : deux parcs archéologiques localisés à proximité de l’agglomération urbaine actuelle et le Mausolée royal de Maurétanie, sis sur le plateau du Sahel occidental d’Alger à 11 km au sud-est de Tipasa.

Le site archéologique de Tipasa regroupe l’un des plus extraordinaires complexes archéologiques du Maghreb, et peut être le plus significatif pour l’étude des contacts entre les civilisations indigènes et les différentes vagues de colonisation du VIe siècle avant J.-C. au VIe siècle de notre ère. Cette ville côtière a d’abord été un comptoir carthaginois, dont la nécropole est l’une des plus anciennes et des plus étendues du monde punique (VIe au IIe siècle avant notre ère). Durant cette période, Tipasa a joué le rôle d’une escale maritime, un lieu d’échanges commerciaux avec les populations autochtones. De nombreuses nécropoles traduisent des modes d’inhumations et de pratiques funéraires très variées qui témoignent d’échanges d’influences multiculturelles remontant aux temps protohistoriques. L’édifice funéraire monumental de forme circulaire, dit Mausolée royal de Maurétanie, associe une tradition architecturale locale du type basina, à un mode de couverture en chemise tronconique à gradins, fruit de différents apports notamment hellénistiques et pharaoniques.

La période romaine est marquée par un ensemble prestigieux d’édifices, constitué de typologies architecturales très diversifiées. Du IIIe au IVe siècle de notre ère un essor religieux chrétien remarquable s’exprime par la multitude d’édifices religieux. Certains sont ornés de pavement en mosaïques de belle facture, illustrant des scènes quotidiennes, ou à motifs géométriques. L’invasion vandale des années 430 ne mit pas un terme définitif à la prospérité de Tipasa mais la ville, reconquise par les Byzantins en 531, n’allait cesser de décliner dès le VIe siècle.

Tipasa

PARTAGER
Article précédentTimgad
Article suivantVallée du M’Zab