C’est avec un enthousiasme non dissimulé qu’Amina Aïcha Malek, membre du conseil scientifique du Centre national de recherche archéologique algérien (CNRA) et chef de mission archéologique de Lambèse, Tazoult Algérie, a présenté, jeudi dernier, les résultats des fouilles qui ont débuté en 2006 et qui se sont étalées jusqu’en 2010.

Il s’agit de la mise en évidence de deux maisons à péristyles reconnues pour la première fois à Lambèse : l’une est sur une superficie de 400 m2 et l’autre, fouillée déjà, sur plus de 700 m2. Ces deux découvertes ont permis, selon la chef de mission, de livrer des données d’un intérêt tout à fait unique du point de vue de l’architecture domestique, de son système constructif et de son décor. La mise sur pied d’une équipe pluridisciplinaire, afin de prendre en charge différents domaines de la recherche, permettra de retrouver les quartiers résidentiels méconnus jusqu’à présent de la cité de Lambèse et en particulier d’en appréhender la structure, leur relation avec les monuments publics, religieux et le camp de la IIIe légion Auguste. «Elle permettra également de compléter la connaissance des modes de construction, en particulier les techniques de la terre très peu étudiée dans le monde romain.
L’exemple de Lambèse est donc remarquable, il ouvre des perspectives tout à fait intéressantes sur le choix des systèmes constructifs qui allient à la fois flexibilité et économie», est-il précisé dans cette présentation. Déterminer les liens entre l’architecture et son décor, autrement dit, l’étude scientifique des revêtements muraux peints ou non est une première en Algérie. Ainsi donc, la découverte d’une grande salle de réception à abside (13 m x 7m) décorée de très beaux pavements dont un panneau figurant le sacrifice manqué de Phrixos et Hellé, unique représentation pour la période romaine, tous supports confondus, permet de cerner au mieux le développement d’ateliers locaux de mosaïstes et de peintres dans la région. De même, ont été retrouvés des enduits peints fragmentaires à la feuille d’or qui témoignent à la fois de la richesse de la demeure et d’un savoir-faire des artisans et artistes dans cette cité. Ces nouvelles découvertes de Lambèse et l’implication des autorités locales dans l’essor du projet de recherche permettent d’envisager pour ce site, comme un projet pilote qui pourra bénéficier d’un programme régional où recherche, formation et mise en valeur seront étroitement liées, pour transformer le site de Lambèse en parc archéologique comprenant un centre muséal, un atelier de restauration et un espace pour la recherche.

Lounes Gribissa 

PARTAGER