Résumé

Un peu d’histoire. L’usage de l’horloge mécanique ne date que du XIIIe siècle, date où apparurent les horloges à poids dont le principe, le mécanisme et le fonctionnement sont complètement différents de ceux des clepsydres ou horloges à eau.
La technologie de construction des horloges à poids se développa très rapidement et aboutit à la naissance des horloges mécaniques dont le mouvement est communiqué par des roues dentées, la vitesse réglée par un balancier, l’impulsion donnée aux roues par un poids et le temps indiqué sur un cadran divisé en 12 parties égale par une aiguille portée par l’axe de la roue. Cette aiguille fait un tour en 12 heures et deux tours depuis le midi du jour jusqu’au midi suivant.
Les historiens de la mesure du temps ne sont pas en parfait accord sur l’origine de ces horloges ni sur le nom de l’inventeur. À ce sujet C.Frémont dit: «dans l’état actuel de nos connaissances, on a admis jusqu’ici que l’horloge de Charles V avait été, sinon la première, au moins la copie d’horloge dont l’invention, au XIV siècle, était nouvelle de toutes pièces est d’origine allemand parce que l’ouvrier Henri de Vie qui construisit l’horloge de Paris était Wurtembergeois (1)» . « Il est certain, dit le père Alexandre (2) que celui qui a trouvé le moyen de mesurer la durée du temps par le mouvement des roues dentées, tempéré par la libération alternativement contraire du balancier, mérite tous nos éloges s’il nous était connu; mais l’histoire ne nous apprend rien de certain.»
Ferdinand Berthoud, parlant de l’horloge mécanique, dit :« Les diverses parties qui composent l’horloge à roues et à balancier, n’ont pas été inventées par le même auteur (3).»
Quant aux arabes, un seul traité d’horlogerie nous renseigne sur leurs idées à l’égard de ces inventions.
C’est le traité de Taqi-al-Din intitulé «Al-Kawakeb al-Duriyya fi al -Bankamat al-Dawriyya» (les planètes précieuses des horloges mécaniques).
Signalons que ce traité fut traduit en anglais par Tékélie Sévim 4. Malheureusement, une étude technique n’a pas eu lieu.

  • 1-C Frémont «origine des horloges à poids» Paris 1915
  • 2- Ferdinand Berthoud «Histoire de la mesure du temps « Édition Berger Le vrault Paris 1978
  • 3-Idem
  • Sévim Tékéli- “the clock in Ottoman Empire in 16th – Taqi al – Din the brightest stars for the construction of the mechanical clocks. Ankara 1966Les horloges mécanique de Taqi-al-Din

Dans son traité signalé plus haut, Taqi al-Din décrit plusieurs horloges parmi lesquelles nous signalons:

  • Al-suryaqa السرياقة – Horloge à poids
  • Al- munabih al-‘itibari المنبه الإاعتباري – La comtoise
  • Al-munabih al-haqiqi المنبه الحقيقي – Le réveille-matin
  • Al- sa’at al-matwiya الساعة المطوية – L’horloge portative

1- L’horloge à poids السرياقة

Définition :
C’est une horloge qui fonctionne sous l’action de deux poids inégaux accrochés aux extrémités d’une corde enroulée sur la gorge d’une poulie.
D’après Taqi al-Din cette horloge se compose des éléments suivant :

  • La roue de compte de 45 dents
  • La roue de rencontre dont les dents se dressent perpendiculairement à sa surface
  • Des roues secondaires
  • Des pignons d’engrenage
  • Un balancier
  • Une poulie
  • Une corde, portant un poids à chaque extrémité, s’enroule sur la gorge de la poulie
  • Un cadran sur lequel se déplace un index (aiguille)
  • Une cage qui cache les roues d’engrenage.

Signalons que dans le traité de Taqi al-Din nous ne trouvons que les croquis des éléments de l’horloge.
Nous avons reproduit un schéma de l’horloge montée avec tous ses éléments.

2 – La comtoise المنبه الإعتباري
Définition :

C’est une horloge qui bat l’heure et la demi-heure.
D’après Taqi al-Din, pour construire la comtoise il suffit d’ajouter à l’horloge à poids une seconde cage qui renferme les éléments suivants:

  • Une roue de base ou roue porteuse
  • Un marteau et son timbre
  • Une roue de compte
  • Une teneuse

3- Le réveille-matin المنبه الحقيقي
Définition :

D’après Taqi al-Din, c’est une horloge à poids à laquelle on a ajouté un mécanisme qui permet à un double marteau de frapper sur une cloche, à une heure bien précise, afin de produire un son capable d’interrompre le sommeil de la personne auprès de laquelle l’horloge est placée.
Pour construire cette horloge, il suffit d’ajouter aux éléments de l’horloge à poids une cage qui renferme :

  • Une cloche et son marteau
  • Une roue de compte
  • Une détente
  • Une poulie avec sa corde et ses poids

4 – Les horloges portatives الساعات المطوية
Définition : Les horloges portatives sont des horloges de petites dimensions, dans lesquelles le poids moteur est remplacé par un ressort spiral dont la force de traction joue le rôle de force motrice.
Taqui al-Din distingue deux genres de ces horloges :

a – Les horloges portatives sans corde. Cette horloge renferme les éléments suivants :

  • Le ressort moteur
  • Le barillet
  • La roue motrice à dents triangulaires qui se fixe au fond du barillet
  • La roue du cadran
  • La roue de champs
  • La roue d’encliquetage
  • Le balancier

b– Les horloges portatives à corde. Ces horloges ne peuvent fonctionner que par l’enroulement d’une corde sur le barillet. De plus, on aura besoin d’une fusée dont le rôle est de garder la force motrice du ressort constante.

Biographie

Mona Chaarani

SAJAKDAR CHAARANI Mona est professeur émérite de sciences physiques à la Faculté de pédagogie, université libanaise. Elle a été proviseur du lycée Hariri High School II (Beyrouth –L iban ) durant dix ans et proviseur du lycée Arab golf Pearl school ( Al-Manama – Bahrein) durant trois ans. Elle a participé à plusieurs congrès
nationaux et internationaux depuis 1983 et est membre de l’équipe Étude et Recherche sur la Tradition Scientifique Arabe (E.R.T.S.A.) au Conseil National de Recherche Scientifique –Liban (C.N.R.S.). Elle
est membre de La Société Libanaise d’Histoire des Sciences Arabes -Liban. Actuellement, elle participante permanente aux activités des Belles soirées de Montréal –université de Montréal pour des conférences sur l’histoire des sciences et des techniques du monde arabo-musulman.
Publications:

  • تاريخ الموسيقى العربية وآلاتها – سلسلة الكتب العلمية – معهد الإنماء العربي – 1987
  • السنية في الآلات الروحانية – لتقي الدين بن معروف الدمشقي – سلسلة خير جليس – دار الآثار الإسلامية – الكويت
  • دراسة تحليلية لمخطوط – الطرق
  • الفيزياء التطبيقية والهندسة الميكانيكية عبر العصور الذهبية عند العرب – (بالصور) – طبعة على نفقة المؤلف –

PARTAGER