Le musée de l’histoire de la France et de l’Algérie

Résumé

Le projet de musée de l’histoire de la France et de l’Algérie a été pensé l’outil scientifique pérenne qui permet, à travers l’usage et la valorisation de toutes les recherches et productions scientifiques actuelles et à venir, d’aborder les relations franco-algériennes et ainsi faire oeuvre de transmission et de pédagogie vers un plus large public. Tout l’enjeu est d’arriver à son ouverture (printemps 2015) à présenter à travers une collection d’étude recontextualisée les grands repères scientifiques qui permettent de resituer les relations de l’Algérie et de la France à travers le temps, les espaces, et les différents champs des sciences humaines et sociales concernées.
Il n’est pas si fréquent aujourd’hui de créer ou restructurer un musée, avec la mise en perspective dans un aller-retour permanent entre objectifs et besoins publics afin de réaliser un nouveau lieu le plus efficient possible, aussi est-il intéressant d’en suivre les principales étapes qui le composent.
Pour l’établissement d’un tel projet culturel et scientifique, il convient d’expliquer comment il a été pensé et donc de poser, de réfléchir et d’étudier les réponses de plusieurs questionnements :

  1. Répartition des grandes fonctionnalités d’un musée au sein de bâtiments existants, restructuration et agrandissement en conséquence ;
  2. Constitution et construction de la narration de la collection à partir de collections existantes et des enrichissements raisonnés dans le cadre d’une histoire des représentations ;
  3. Organisation des moments du parcours en fonction des médias utilisés ou muséographie de masse ;
  4. Muséographie détaillée : Eclairage, signalétique et accompagnement utilisée, mobilier muséographique et multimédia ;
  5. Accueil de tous les publics dans le pôle public autour du centre de
    documentation-bibliothèque ;
  6. Présentation du conseil scientifique et de l’équipe ;
  7. Présentation du projet d’exposition sur les archéologues de l’Algérie.

Biographie

Florence Hudowicz, diplômée de l’Institut national du patrimoine, conservatrice du patrimoine et directrice du musée de l’histoire de la France et de l’Algérie qui ouvrira ses portes au printemps 2015, travaille dans le monde des musées depuis son installation à Montpellier en 2000. Elle a tout d’abord assuré la gestion de la conduite du projet de restructuration et extension du musée Fabre, musée des beaux-arts de Montpellier, l’une des collections les plus attractives de France en région.
A travers ce très important chantier, elle a coordonné les relations entre conservation et maîtrise d’oeuvre au service de la modernisation et de l’agrandissement des espaces muséaux et de l’accueil des publics. Après la réouverture du musée en 2007, elle a été chargée de la création du service des expositions, structure encore assez rare au sein des musées. En 2010, ce profil de chef de projet lui permet d’accéder à la direction du musée de l’histoire de la France et de l’Algérie, projet qu’elle se propose de vous présenter aujourd’hui, avec tous les enjeux et l’ambition scientifique collectives qu’il porte et qui le portent.
PARTAGER