Résumé

La mosaïque était parmi l’une des formes d’art décoratif les plus populaires de l’antiquité. Pendant l’époque romaine et l’antiquité tardive plus particulièrement, les sols et murs d’édifices publics et privés étaient décorés de ces prestigieux revêtements. Outre les motifs géométriques et floraux, les sujets les plus populaires étaient les animaux, les oiseaux, les créatures marines, les scènes mythologiques, les portraits de philosophes, le monde du sport et du divertissement, les scènes de la vie quotidienne ainsi que les représentations allégoriques.

Le but de cet article est de présenter et de discuter d’une sélection de mosaïques dépeignant une représentation allégorique du temps et de ses divisions, sur pavements et provenant de Turquie moderne.

Ceux-ci comprennent la représentation des quatre saisons, la représentation des mois – également sous la forme du zodiaque, des scènes avec un cadran solaire ainsi que la personnification de Chronos (le Temps) et Aiôn (l’Eternité) sur mosaïques. Un nombre considérable de ces spécimens provient de la ville romaine d’Antioche (Syrie antique) alors que d’autres ont été découverts dans différents sites en Turquie y compris dans l’antique Constantinopolis (Istanbul), Prusia ad Olympum (Pruse de l’Olympe, l’antique Bursa) et Metropolis (İzmir). Après une brève présentation des objets, cet article discutera des caractéristiques iconographiques de ces figures ainsi que les raisons de cette préférence pour ce thème sur mosaïque, en considérant leur contexte architectural et leur fonction.

Biographie

Işıklıkaya-Laubscher, Işıl

Işıl Rabia Işıklıkaya-Laubscher a poursuivi ses études d’archéologie à l’Université d’Istanboul et a préparé son doctorat sur les mosaïques de Perge (Antalya) situé au sud de la Turquie. Résidente à Alger au moment de donner cette conférence, elle participe aux fouilles archéologiques de Zeugma (Gaziantep) situé au sud-est de la Turquie où elle est responsable de la publication des mosaïques géométriques.

PARTAGER