Le temps dans l’Afrique romaine d’après le dossier épigraphique
Le temps dans l’Afrique romaine d’après le dossier épigraphique

Résumé

En complément de la documentation archéologique, le dossier épigraphique fournit d’abondants témoignages sur les divers aspects du temps dans l’Afrique d’époque classique, qu’il s’agisse de son repérage, de sa mesure ou de la durée ressentie. Il est donc possible de rassembler un riche corpus d’attestations plus au moins objectives ou vécues.
Un premier aspect concerne la précision chronologique des inscriptions par l’indication des dates selon la succession des consuls, l’échelonnement des fonctions impériales, les ères provinciales, le comput ecclésiastique ou administratif, enfin la localisation par rapport à un événement marquant.

Un autre domaine concerne le marquage des durées : c’est surtout celle de la vie, par exemple en ans, mois et jours, portée sur des milliers d’inscriptions funéraires, mais ce peut être aussi le rythme des saisons et des marchés, ou même des distributions de l’eau d’irrigation à l’heure près. Il est émouvant d’assister à l’époque impériale à la mise en place de la semaine qui est encore en vigueur aujourd’hui.

Enfin, il y a l’attestation des moments vécus majeurs, dont la perception peut être objective (ce sont par exemple les étapes qui scandent la chronologie d’un grand chantier comme celui de l’aqueduc de Saldae), mais ce peut être aussi cet instant intensément goûté et cité pour l’éternité par un haut fonctionnaire de Bulla Regia qui a fait copier l’exceptionnelle archive de son dossier où l’empereur l’a appelé « son cher ami ».

Biographie

Roger Hanoune
Né à Alger, Il est maître de conférences (hon.) à l’Université de Lille 3 (archéologie romaine)
Rattachement :
Membre de l’UMR HALMA CNRS 8164-Université de Lille 3- Ministère de la Culture (Paris).
Il est un ancien membre de l’ENS, agrégé de grammaire, ancien membre de l’Ecole française de Rome ; ancien enseignant d’archéologie à l’Université de Lille. Responsable de fouilles en Tunisie (Bulla Regia, Pupput, etc) et en France (Bavay)
Publications :

  • « Maisons d’Afrique, pavements de mosaïque et inscriptions », dans M. Corbier, J.-P. Guilhembet (éd.), L’écriture dans la maison romaine, Paris 2011, p. 279-290
  • « Un graffito d’Hippo Regius », dans AOURAS 7, 2012, 221-228
  • « Une série de chapiteaux de Dougga », dans Actes du Colloque de l’ISSH, Université de Tunis 2013, à par.
  • « Mais où sont les horrea d’Afrique ? Deux réflexions », dans Cl. Briand-Ponsart (éd.), Centres de pouvoir et organisation de l’espace, Caen, 2014, p. 463-467
  • « À propos de ILAlg. II, 3572 : encore des Telegenii ?, dans Actes du Colloque SEMPAM, Marseille 2014, à par.
  • « L’appareil à deux parements et remplissage » : un marqueur de l’architecture numide », dans Actes du Colloque « Massinissa », El Khroub 2014, à par

PARTAGER