ALGER- Les résultats des fouilles archéologiques de la place des Martyrs, emplacement de la future station-musée du métro d’Alger, sont en cours d’interprétation « pour une année encore », a indiqué lundi à Alger le directeur du Centre national de recherches archéologiques (Cnra).
S’exprimant au forum du quotidien El Moudjahid, Farid Ighilahriz a indiqué que cette phase d’analyse et d’interprétation, commencée fin 2015 et qui devrait se poursuivre jusqu’à mars 2017, permettra de produire une documentation scientifique avec une version vulgarisée tous supports confondus.
Entamées en 2013 par une groupement constitué du Cnra et de l’Institut national des recherches archéologiques préventives (Inrap, France), ces fouilles ont mis au jour des vestiges archéologiques, qui remontent au IIe siècle pour les plus anciens, sur le site de la station Place des Martyrs du métro d’Alger.
Des voies dallées romaines, des pavements en mosaïque d’une basilique du Ve siècle et une vaste nécropole byzantine renfermant 71 tombes du VIIe siècle ont été exhumés à la faveur des travaux sur ce site.
Dans cette stratification de l’histoire de la ville d’Alger, la période ottomane est également représentée par les fragments de la mosquée  » El Sayida », (antérieure au XVIe) ainsi que le sol carrelé de « Beyt el Mal » (siège du Trésor public), tous deux rasés en 1832 au début de la colonisation française.
Ces fouilles, qui constituent le plus important chantier archéologique jamais entrepris en Algérie avec un budget de plus 700 millions de dinars, ont également permis, selon le directeur du Cnra, la formation d’équipes d’archéologues algériens aptes à mener des opérations propres à l’archéologie préventive de manière « complètement autonome ».
Les vestiges découverts lors de cette première opération devraient être retournés à leur site d’origine en prévision de l’ouverture de la station et du musée de site de 1000 m² qui y est prévu, a-t-il ajouté.
Le directeur de l’Office de gestion et d’exploitation des biens culturels (Ogebc), Abdelwahab Zekagh, a, pour sa part, indiqué que le concours d’architecture pour la réalisation du musée devrait intervenir « très prochainement », après une présélection de 7 bureaux d’études étrangers spécialisés.
Ce concept de station-musée a été inspiré des expériences italienne et surtout grecque: la municipalité d’Athènes, par exemple, avait construit en 2004 une station-musée pour abriter 10 000 pièces d’antiquité découverte sur le tracé de la ligne du métro dans cette ville.
Le responsable de l’Entreprise du métro d’Alger, Tayeb Haouchine, avait, dans de précédentes déclarations, annoncé la livraison courant 2017 de la station-musée la Place des Martyrs.

PARTAGER